Coordonnées

  • 39 RUE MARCEL BELOT 45160 OLIVET
    39 RUE MARCEL BELOT
    45160 OLIVET
  • Tél : 0238633263

Actualités

  • Le retour des chenilles processionnaires

    Dès la fin de l'hiver , les chenilles processionnaires du pin représentent un grand danger, que se soit pour l'homme, le chien ou encore le chat.
  • Regarder des documentaires animaliers rend plus heureux

    Apparemment, la nature, même vue derrière un écran, nous permettrait de nous ressourcer et de nous améliorer. es humains aiment la nature, c'est un fait. Avant qu'on ne passe notre temps à l'observer à la télé, on en avait besoin pour trouver notre nourriture, de quoi nous chauffer, des abris, etc. Du coup, la nature reste pour nous associée à des émotions positives.

    Une étude de la BBC vient de prouver que regarder des documentaires sur la nature et les animaux à la télév
  • Le chien sauvage réapparaît

    On le pensait disparu à jamais mais le Chien sauvage des montagnes de Nouvelle-Guinée serait toujours présent sur notre planète.
  • Le requin femelle Léonie a fait trois bébés toute seule

    Une femelle requin-zèbre d'un aquarium australien a pondu des œufs qui contenaient des embryons alors qu'aucun mâle ne vivait avec elle. Si ce mode de reproduction a déjà été observé, il s'agit une première pour cette espèce.
  • Sensibilisation à la cause animale auprès des enfants

    Les enfants doivent, dès le plus jeune âge, comprendre qu’un animal requiert des soins de manière quotidienne, qu’il implique des obligations et des devoirs. C’est essentiel pour responsabiliser l’enfant, et l’adulte qu’il deviendra, au respect des animaux et à leur bien-être.
Toutes les actualités

Petites annonces

Vidéos

Comment retirer une tique à son chien
Toutes les vidéos

Le chien sauvage réapparaît

Les spécialistes craignaient l’extinction de cette espèce, qui n’avait plus été observée depuis les années 1970. Des recherches scientifiques ont permis de retrouver trace du chien sauvage de Nouvelle-GuinéeOn l’a cru disparu. Cela faisait près d’une cinquantaine d’années qu’il n’avait plus été aperçu. Certains avaient même cru à l’extinction de l’espèce. Finalement, le chien sauvage de Nouvelle-Guinée existe encore bel et bien. Lors d’une expédition menée récemment, des chercheurs ont retrouvé la trace de ce canidé, considéré comme le chien le plus ancien et le plus rare du monde, selon son ADN.

Il vit à l’état sauvage. Sa population est viable et en bonne santé si l’on en croit les centaines de photos d’une meute que sont parvenus à prendre des observateurs de la Fondation du chien sauvage des montagnes de Nouvelle-Guinée (New Guinea Highland Wild Dog Foundation). Selon ces spécialistes, une quinzaine de chiens, comprenant des mâles et des femelles ainsi que leur progéniture, vivent cachés dans les montagnes centrales de cette île de l’Océanie, située dans le Pacifique.

Les chiens sont isolés. Ils vivent dans une des régions les plus « inhospitalières du monde, loin de tout contact humain », entre 3 000 et 4 000 m d’altitude, sur le plus haut sommet du Mont Carstensz (Puncak Jaya), situé dans la partie indonésienne de l’île de Nouvelle-Guinée.

Les connaissances sur cette espèce sont très limitées mais elle serait proche ou antérieure au très rare, autrefois domestiqué et connu comme le plus ancien canidé (6 000 ans) pré-domestication, Chien chanteur de Nouvelle-Guinée, dont la population est aujourd’hui estimée à 200 ou 300 individus seulement. Elle serait aussi l’ancêtre du Dingo australien avec qui elle partage également les principales caractéristiques : un pelage sable doré, parfois noir, avec des marques blanches sur le museau, la gorge, la poitrine, l'abdomen, les pattes et la queue, une truffe noire, des oreilles rondes et droites, mais surtout ce chant, semblable à celui du loup, qu’elle produit pour communiquer avec ses pairs.